Sillogomanie

Différence entre le syndrome de diogène et la syllogomanie

Accumulateur compulsif ou syndrome de diogène ? Il s’agit, en réalité, de la même pathologie.

A ne pas confondre avec la syllogomanie qui symbolise plus exactement les collectionneurs pathologiques avec des troubles encore plus poussés.

Point sur cette maladie d’entasser les choses au quotidien et de collectionner des affaires et objets de toute sorte.

Différence entre le syndrome de diogène et la syllogomanie

Le syndrome de diogène est un trouble du comportement menant à l’accumulation compulsive d’objets divers.
La syllogomanie, quant à elle, se caractérise par l’accumulation d’objets inutiles, avec peu de valeur. Mais en plus de cela, la personne atteinte les conserve et n’est pas capable de les trier pour s’en débarrasser petit à petit et finit par vivre dans un lieu sale, tout en s’isolant et en ayant des conditions de vie insalubres.

Syndrome de diogène : que faire ?

Selon la cause du syndrome, il peut y avoir des traitements différents. La personne atteinte est souvent dans le déni, c’est un proche qui va pouvoir l’aider et lui faire consulter quelqu’un : médecin généraliste ou psychiatre. Un traitement adapté peut être prescrit afin de limiter le développement de la maladie et son évolution.
Une thérapie cognitive et comportementale peut aider le patient.
Des antidépresseurs peuvent également être prescrits si la personne prend conscience de sa pathologie, veut s’en sortir et enfin vivre dans un lieu décent :

  • propre et non chargé d’objets et de meubles en tout genre.

Cette accumulation d’achats sur plusieurs semaines, voir plusieurs mois entraîne dans nombre de cas :

  • un endettement,
  • des soucis financiers qui compliquent la vie quotidienne du malade et de ses proches.

La prise de conscience du problème doit être l’occasion de faire le vide et également limiter la casse financière en revendant ce qui peut l’être.


Notre société de débarras d’appartement et de maison, Débarras Valorisation, intervient à la demande des malades et de leurs proches pour procéder à l’évaluation des biens accumulés et au débarras de tout ce qui est superflu sans encombre et dans le plus grand respect du malade, de ses affaires et de la famille.


C’est une réelle maladie, qui se traite seulement si la personne atteinte le souhaite et avec un soutien psychologique et familial fort.

Partagez cet article

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Laisser un commentaire

odio mi, risus quis, lectus ipsum